Prendre rendez-vous en ligneDoctolib MAL DE FEMME, la perversion au féminin, Alain ABELHAUSER - DANSE ET PSYCHANALYSE/MARC ANTOINE BOURDEU
Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

DANSE ET PSYCHANALYSE/MARC ANTOINE BOURDEU

DANSE ET PSYCHANALYSE/MARC ANTOINE BOURDEU

UN PSYCHANALYSTE ENGAGÉ ENTRE ART ET PSYCHANALYSE. CABINET : MONTPARNASSE PARIS PRENDRE RDV : 01 45 44 29 49


MAL DE FEMME, la perversion au féminin, Alain ABELHAUSER

Publié par MARC ANTOINE BOURDEU sur 15 Octobre 2014, 10:44am

MAL DE FEMME, la perversion au féminin, Alain ABELHAUSER

MAL DE FEMME, la perversion au féminin au Seuil.

PRIX OEDIPE DES LIBRAIRES 2014

Dans Mal de Femme, la perversion au féminin, Alain ABELHAUSER se propose de nous faire découvrir la part énigmatique et secrète de ces femmes qui présentent le syndrome de « Lasthenie de Ferjol », l’héroïne d'"Une Histoire Sans Nom" de Barbey d'Aurevilly. C'est le Docteur Jean Bernard, en 1967, qui à décrit ce syndrome. Des patientes proches du milieu médical se provoquent des anémies restant inexpliquées par les médecins. Elles sont au centre des préoccupations médicales et déclenchent de multiples explorations diagnostiques ne permettant pas de trouver l'origine des saignements. Ce syndrome voisin de celui de « Münchhausen », ou de celui de « Meadow », également appelé pathomimie ou trouble factice est un terme désignant une pathologie caractérisée par un besoin de simuler une maladie ou un traumatisme dans le but d'attirer l'attention. Alain ABELHAUSER nous invite à une écoute psychanalytique de ces patientes qui offrent, montrent, soumettent leurs corps à l'investigation médicale en rendant la vérité impossible à dire par le savoir médical. Qui sont ces femmes? Quelle sont leurs histoires ? Qu’essayent-elles de dire ? "Il s'agit presque toujours d'une femme. Qui est malade. Quand on la voit, on a même souvent l'impression qu'elle est très malade. Pourtant elle ne parait pas s'en plaindre. Parfois, elle refuse même qu'on la soigne, qu'on s'occupe d'elle, parce que dit-elle, elle se porte très bien. Parfois, elle demande au contraire à être traitée ou, en tout cas, accepte les traitements, mais ceux-ci s'avèrent cruellement inefficaces. Ce qui inquiète tout le monde. Sauf elle." énonce l'auteur. Alors, bien sur, ces femmes qui souhaitent dire quelque chose d’elles mêmes, de leurs parts intimes, au travers de leur corps meurtris, de leurs saignements incompris, à un médecin rendu impuissant peuvent nous évoquer l’hystérie, mais s’agit-il bien de cela ? C’est la question qu’Alain ABELHAUSER se propose d’élaborer au travers de ce livre « Mal de Femme » la perversion au féminin. L’auteur parcourt et (re)visite l’histoire de ces femmes pour tenter de déchiffrer et de délivrer la parole inconsciente qu’elles donnent à deviner à leurs soignants en se servant de leurs corps, une parole pour elles impossible à dire autrement. Une parole qui ne peut s’exprimer que dans cette position très particulière qu’elles prennent et occupent face à leurs médecins. Alain ABELHAUSER partage des fragments cliniques dans lesquels il témoigne de son travail d’écoute avec ces patientes et de ce qu’elles lui enseignent : « Véronique dit rien, elle dit « le rien », certes ; mais simultanément et surtout , elle s’astreint à faire de son corps le leurre de la chose, cette « arme fatale » destinée à abuser tout un chacun ». Le propos d’Alain ABELHAUSER, très documenté, nous promène dans les couloirs de l’histoire de la psychiatrie et de la psychologie avec ces patientes. L’auteur pose la question de l’existence d’une structure perverse chez ses sujets féminins en s’appuyant sur les concepts psychanalytiques de Freud et de Lacan définissant les structures névrotiques, psychotiques et perverses. Il bat en brèche, l’idée répandue, que la structure perverse ne pourrait être que du côté masculin. Le style très littéraire, narratif, entrainant, plonge le lecteur dans un désir de lire jusqu’au bout pour essayer de percer à bien le secret de ces femmes. Le féminin, ce continent noir, disait Freud. ALAIN ABELHAUSER est psychanalyste, professeur des universités (en psychopathologie clinique, à Rennes 2), il a publié le Sexe et le Signifiant (Seuil 2002) et en collaboration, la Folie Evaluation(Mille et une nuits, 2011)

Marc Antoine Bourdeu Psychanalyste

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Articles récents