Prendre rendez-vous en ligneDoctolib TOMBE ou Tomber Mr Jerome BEL ? - DANSE ET PSYCHANALYSE/MARC ANTOINE BOURDEU
Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

DANSE ET PSYCHANALYSE/MARC ANTOINE BOURDEU

DANSE ET PSYCHANALYSE/MARC ANTOINE BOURDEU

UN PSYCHANALYSTE ENGAGÉ ENTRE ART ET PSYCHANALYSE. CABINET : MONTPARNASSE PARIS PRENDRE RDV : 01 45 44 29 49


TOMBE ou Tomber Mr Jerome BEL ?

Publié par MARC ANTOINE BOURDEU sur 9 Mars 2016, 18:14pm

TOMBE ou Tomber Mr Jerome BEL ?

« TOMBE » de Jérôme BEL à l’Opéra de Paris (Palais Garnier)

Le chorégraphe Jérôme Bel donne la parole à trois danseurs de l’Opéra de Paris et leur offre la possibilité d’inviter la personne de leur choix, parmi leur entourage, à partager un duo dans son spectacle « Tombe » qui entre au répertoire de l’Opéra de Paris cette année. A la suite de sa dernière création « Gala » que nous avions commenté ici, il invite ainsi des non professionnels de la danse à monter sur scène.

Le rideau se lève sur le décor du second acte de Gisèle, ballet romantique et classique du répertoire de l’Opéra : Une forêt ombragée, plongée dans la nuit, une tombe au premier plan. Les trois danseurs tour à tour sous la forme de duos vont prendre la parole avec la personne de leur choix.

C’est du coté de la psychanalyse que ce spectacle nous à intéressé. D’emblée Jérôme Bel nous amène à visiter l’autre versant de la scène, le premier duo en effet fait visiter les coulisses de l’Opéra de Paris, à savoir ce qui se trame à l’arrière de la scène et qui ne se voit pas ou ne s’entend pas. C’est cette musique là qu’il veut nous faire entendre, tout comme le psychanalyste est à l’écoute des formations de l’inconscient (rêve, lapsus, acte manqué) du patient allongé sur le divan hors regard.

C’est ce dispositif particulier d’écoute qui permet d’entendre ce qui se parle à l’arrière scène à savoir l’inconscient et donc le désir.

Jérôme Bel a nommé son spectacle « TOMBE », faut il donner une interprétation littérale : la tombe présente dans le décor de Gisèle ? La tombe de Gisèle ? La tombe du ballet classique et romantique ? La tombe des conventions de la danse classique ? La tombe de la discipline du mouvement et des corps des danseurs et danseuses de l’Opéra de Paris ? La tombe d’un certain esthétisme suranné et appartenant à une classe sociale ?

Ou bien « Tombe » serait il faire tomber ? Faire tomber les masques et les convenances sociales ? Ce tomber ou laisser tomber peut venir nous évoquer une chute ou une perte ? C’est ici que Jérôme BEL intéresse à nouveau la psychanalyse.

Dans les duos de danseurs qu’il met en scène, les danseurs de l’Opéra de Paris ont choisit des partenaires hors des conventions et normes esthétisantes conventionnelles et traditionnelles de l’Opéra de Paris à savoir des jeunes gens aux corps « parfaits » majoritairement blancs. Leurs partenaires de danse pour ce soir là sont une jeune femme noire caissière à Monoprix, une femme handicapée dansant en fauteuil roulant et montrant sa jambe amputée, une vieille dame qui par ailleurs ne sera pas présente car trop malade et peut être décédée au moment du spectacle.

Ainsi Jérôme BEL invite l’humanité sur la scène de l’opéra Garnier, dans tout ce qui fait justement son humanité à savoir ses imperfections, ses handicaps, la finitude de l’être humain et par la même sa beauté… Il nous invite donc à nous confronter à ce que nous appelons en psychanalyse « la castration ».

Pour terminer, l’une des partenaires d’un des danseurs qui lui donne à voir le lieu le plus haut de la salle de l’Opéra Garnier lui dit que c’est le « paradis », elle lui demande alors, si, là où sont assis les spectateurs du bas c’est « l’enfer »? Non c’est le parterre répond –il.

« Tombe » de Jérôme BEL.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Articles récents