Prendre rendez-vous en ligneDoctolib TAUBERBACH du Chorégraphe ALAIN PLATEL - DANSE ET PSYCHANALYSE/MARC ANTOINE BOURDEU
Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

DANSE ET PSYCHANALYSE/MARC ANTOINE BOURDEU

DANSE ET PSYCHANALYSE/MARC ANTOINE BOURDEU

UN PSYCHANALYSTE ENGAGÉ ENTRE ART ET PSYCHANALYSE. CABINET : MONTPARNASSE PARIS PRENDRE RDV : 01 45 44 29 49


TAUBERBACH du Chorégraphe ALAIN PLATEL

Publié par MARC ANTOINE BOURDEU sur 29 Mai 2018, 14:54pm

Nous venons de voir les extraits de votre pièce et je voudrais vous poser quelques questions avant de passer la parole à mes collègues discutants.

Afin de commencer la discussion Tauber Bach littéralement « Bach chanté par les sourds » s’inspire pour partie du documentaire « Estamira » de Marcos Prado à propos d’une femme schizophrène qui vit dans une décharge publique de Rio de janiero qui à developpé un langage très particulier. C’était aussi un projet de la talentueuse Elsie de Braw du théatre de Gand et qui est formidable d’expression dans cette pièce.

Il y est beaucoup question de psychanalyse dans cette pièce « comment pouvoir dire quand on a pas les mots », « quel langage peut-on inventer » ? « comment être en lien avec les autres ? ».

Il y a d’autres personnages parfois étranges dans la pièce qui surgissent de nulle part et qui viennent chercher cette femme peut être pour rompre sa solitude ou bien tenter de briser l’envahissement des voix qu’elle entend, qui lui parle avec qui elle parle, pour lui tendre un mirroir, elle a besoin de parler sans arrêt pour « stay in control » pour ne pas perdre la tête, l’a-t-elle déjà perdue ?

Et puis c’est comme si la pièce nous faisait assister à la métaphore d’une catharsis, elle n’est plus seule, les autres la touche, la sente, parle sa langue, vont vers elle, joue avec elle , font l’amour devant elle il y a du désir et de la vie. Un virage a été amorcé et une compréhension s’opère.

On est passé de « I do not agree with life » à autre chose, Ils la prennent dans leurs bras comme un acte de consolation, elle accepte de danser « fire is the solution » et là où il y avait misère, solitude, souffrance il y a joie et dignité et danser ensemble sur la musique de Bach, une véritable cantate à la joie de vivre.

Finalement cette pièce est un véritable espoir pour nous tous confronté à notre condition humaine de solitude et de finitude, pris que nous sommes dans le langage et en même temps dans la difficulté de parler.

C’est à Françoise Dolto que m’a ramené votre pièce Tauberbach car elle était très sensibilisé aux problèmes des enfants sourds et elle militait pour le développement de la langue des signes, on a peut être un peu oublié tout cela aujourd’hui. Elle disait qu’elle était intéressé aux sourds enfermés en eux même pour les aider à garder un contact avec les autres, avec l’extérieur. Elle s’est intéressé aux sourds à cause de leur problème de solitude.

Dans son recueil de textes « La difficulté de vivre » dans lequel j’ai trouvé une citation : « C’est par la parole, par la création, que l’être humain arrive à dépasser son sentiment d’impuissance ; il est voué à la souffrance, à cause de la disparité entre ses désirs qui sont incommensurables et l’impossibilité de les satisfaire, nous psychanalystes pouvons aider si nous ne restons pas dans notre tour d’ivoire, par la parole par la symbolisation par la création afin de rendre une peine moins douloureuse et que la solitude n’ajoute pas à l’angoisse et à la souffrance. »

Alors merci Alain Platel pour votre pièce.

Photos de la rencontre avec Alain Platel - Espace Analytique - Paris
Photos de la rencontre avec Alain Platel - Espace Analytique - Paris

Photos de la rencontre avec Alain Platel - Espace Analytique - Paris

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Articles récents